Article : Tokyo Bar

Tokyo Bar

Couple au bord du gouffre

Auteur : Caroline Fabre
Partager sur :   Voir la fiche complète  

Le Théâtre de la Tempête nous propose une pièce de Tennessee Williams… qui ne ressemble pas à du Tennessee Williams… mis à part des thèmes qui lui sont chers, l’échec, la folie.

Déjà, nous ne sommes pas dans la chaleur moite du sud de l’Amérique, terre natale de l’auteur, mais au Japon, à Tokyo, dans un cadre aseptisé. Ensuite, ça commence comme du Sagan : Miriam, une riche américaine semble-t-il désœuvrée, et en apparence sûre d’elle et de sa beauté irrésistible, fait du gringue au barman, le provoque, le touche de manière fort déplacée et le traite comme un moins que rien, l’écrasant de l’argent qu’elle possède. Elle boit. Elle se raconte. Bien vite alors, le cœur de la pièce apparaît : Miriam n’est pas du tout cette femme maîtresse d’elle-même dont elle prend l’apparence ! Son mari, Mark, peintre new-yorkais reconnu mais rongé par les affres de la création, s’est vidé peu à peu de son art, de son inspiration. Cela l’a rendu alcoolique et dépressif. Ses dérives à lui influent bien entendu sur l’équilibre de sa femme qui se noie dans de multiples aventures amoureuses ou simplement sexuelles. Ce voyage au Japon, qu’elle aurait aimé faire sans lui,  cette escapade à Kyoto, qu’elle ne peut faire à cause de lui, vont marquer la fin de leur vie à deux et ce bar sera leur dernier abri transitoire avant celui, définitif, de la mort…  Nous sommes de fait dans le bar d’un grand hôtel, à Tokyo. Les comédiens évoluent dans un magnifique décor, épuré, zen, qui contraste avec le poids des mots que nous entendrons. Pour illustrer les illusions perdues des protagonistes, ce décor se fait aussi terre d’illusion : en fond de scène on croit d’abord voir une vaste étendue d’eau et, peut-être des arbres qui paraissent comme suspendus dans les airs. Il se transformera, par la magie des lumières, en dancefloor pour échoués de nuit et de vie. Peut-être cette belle scénographie, signée Annabel Vergne, influe-t-elle sur notre perception de la pièce ? Toujours est-il que, si le jeu de Christine Boisson (Miriam) nous convainc facilement, celui d’Alexis Rangheard (Mark) ne nous entraîne pas totalement dans la souffrance de son personnage. Pour autant, malgré le fond tragique, nous sourirons souvent, surtout au début de la pièce et nous aurons découvert une pièce fort dépaysante de Tennessee Williams.


De Tennessee Williams. Adaptation Jean-Marie Besset.Avec Christine Boisson,Laurent d’Olce, Mathieu Lee, Alexis Rangheardetla participation de Farida Remadna. Mise en scène Gilbert Désveaux.


Date de publication : 02/05/2012

Les dernières news

 

Le Bal des Vampires

Le Bal des Vampires

A Mogador, Roman Polanski met en scène une version musicale de son propre film : ça chante, ça danse, ça saigne !

En savoir plus


Holiday on Ice

Holiday on Ice 2015

Les plus grands virtuoses de la danse sur glace débarquent à Paris. Toujours aussi festive, voici l’édition 2015 du grand show Holiday on Ice !

En savoir plus


Pour combien tu m'aimes ?

Pour combien tu m'aimes?

Prolongations au Palais des Glaces pour un excellent travail d’équipe. La nouvelle pièce de Jean Franco et de Guillaume Mélanie fait salle comble et remporte un succès mérité.

En savoir plus

 
Interviews en vidéo !

Bande Annonce du jour

Illusions perdues

Dans une théâtralité brute et simple, signature des mises en scène de Pauline Bayle,...

En savoir plus
 
One man show à découvrir !